Vous avez lu l'un de mes romans ?
Alors, abonnez-vous à ma lettre d'information :::

La Lettre du Coin des Lecteurs

Elle est toujours la source de renseignements la plus complète !!!






Dominique Letellier, auteur
















Les membres
du Coin des Lecteurs
reçoivent automatiquement
ma lettre d'information
complète.

Si vous n'êtes pas membre, vous recevrez les titres
en vous abonnant ici
au flux RSS

FluxRSS

RSS to JavaScript












































































Légendes

Avec Alex, rencontrez
des fantômes bloqués
dans un château muré en Normandie
et menez l'enquête !















LÉGENDES

Chapitre 3


                 Combien de temps s’était écoulé ? Alex ramena une main à son visage. En gémissant, elle massa sa tempe droite. Elle souleva les paupières pour les baisser instantanément, éblouie par le soleil qui brillait de nouveau... Oh ! Un répit avant la tempête ?... La jeune femme tenta de s’autodiagnostiquer. Etrange, le choc avait été rude et elle ne ressentait aucune douleur violente. Elle en fut soulagée. Ailleurs, qu’en était-il ? Aussitôt, elle utilisa ses sens. Elle n’entendait pas de crépitement, ne humait pas de fumée. Rien ne se consumait donc. Alex grimaça. Son odorat la trompait maintenant. Il lui semblait tant sentir divers parfums : des roses, des odeurs qu’elle ne reconnaissait pas, mais venant de fleurs indubitablement... Elle divaguait... Elle ouvrit les yeux et s’assit sans toutefois oser regarder autour d’elle. Enfin, elle s’y décida.
« - Ce n’est pas vrai, tu rêves... Calme-toi, ma grande... »
La jeune femme cilla.
« - Tu... rêves... C’est l’émotion : c’est tout... Tu rêves... » se répéta-t-elle encore une fois pour en être convaincue.
Non, les arômes persistaient… Il lui fallut plusieurs secondes pour réaliser qu’elle ne fantasmait pas. Le jardin embaumait de multiples senteurs. Et ce n’était pas étonnant puisque les fleurs étaient épanouies, les arbustes soignés. Le bassin près duquel elle se trouvait contenait une eau pure. Les nénuphars étaient verts. La tonnelle... Elle resplendissait...
« - Non... Non... »
Néanmoins, tout paraissait réel. Aucune végétation folle ne jaillissait : l’herbe était entretenue. Les allées étaient propres. S’aidant d’un arbrisseau taillé, la jeune femme se leva. Elle obtint ainsi une vue circulaire sur le parc... Il était magnifique… tel qu’il était un peu plus de deux siècles auparavant... Incrédule,. Alex porta les mains à ses joues... Que s’était-il passé ?... Par curiosité, elle consulta sa montre. Elle était restée évanouie une vingtaine de minutes... Cela était aberrant, oui... C’était... invraisemblable… Un mauvais rêve... Ou était-ce le paradis ?
« - C’est ça... et un ange va survenir... » se moqua d’elle-même la jeune femme pour tenter d’éloigner ses frayeurs.
Et Joey ? Ses prunelles se posèrent sur la fenêtre de la bibliothèque. Les volets étaient clos. Des volets d’un blanc flamboyant, comme elle put le remarquer en s’approchant. Ils étaient bloqués de l’intérieur. Poussant un juron, elle se retourna. Tous les panneaux de bois étaient fermés, que ce fût de la cuisine, du vaste salon : les habitants avaient voulu se protéger du soleil en cette belle matinée...
                 Alex réévalua le périmètre. Tout en ayant ce sentiment grotesque de devenir totalement folle, elle comprit qu’elle se trouvait bien dans le jardin, dans son jardin, dans le jardin du Domaine. Elle lâcha un soupir, mêlé d’une exclamation d’incompréhension. Elle leva les yeux. Et son constat fut le même : la demeure était parfaitement intacte... comme si rien ne s’était déroulé cette fameuse nuit...
« - Oh ! Mon Dieu !... Si je pouvais comprendre... C’est fou... Non, tu rêves. Ce n’est pas vrai... »
L’idée extravagante qui avait surgi dans son esprit n’était, ne pouvait pas être l’explication.
« - Un voyage dans le temps... Tu délires, Alex... Tu… délires... » reprit-elle, en martelant sa phrase.
Ses yeux revinrent sur la fontaine, sur l’ensemble du parc, sur l’allée où elle était, sur les arbustes. Elle vint près des roses. Elle palpa leurs pétales veloutés. Ce n’était pas un rêve. Son inconscient ne lui jouait pas des tours. Alex était bien là, vivante, dans ce beau jardin, parmi cette verdure.
                 Elle s’agenouilla près du bassin. Elle voulut en toucher l’eau pour retenir finalement son geste. Du gravier venait de crisser. Ses muscles se tendirent. S’obligeant à s’apaiser, elle se redressa. Elle était seule, complètement seule, se murmura-t-elle. Elle se retourna. L’allée était déserte.
« - Bon, tu vois... Le délire continue... »
En même temps, elle observa les feuilles d’un arbre proche. Elles étaient immobiles. Il n’y avait aucun souffle de brise. Cette analyse la fit frissonner. Sa peur augmenta en réalisant qu’elle n’avait pas d’arme à sa portée. Les branches étaient trop hautes pour être détachées. Quant à ces buissons, ils étaient maigres. Alex tressaillit. Elle avait entendu de nouveau ce bruit: ce gravier qui crissait, comme sous les pas de quelqu’un... Non, elle était SEULE ! Le grincement recommença. Elle pivota sur ses talons. Cette fois, avec certitude, Alex en détermina l’emplacement. A dix mètres sur sa droite, non loin de la tonnelle. Elle avança d’un pas, résolue à en avoir le cœur net et à lutter contre sa crainte.
                 Plouf ! Quelque chose était tombé dans le bassin derrière elle. Mais elle ne vit rien, excepté de rares gravillons. Alors elle tourna la tête vers l’endroit qu’elle visait auparavant. Près de la statue d’un violoniste, deux allées se rejoignaient. Et là, Alex crut qu’elle allait s’évanouir. A sa droite, près d’une haie, elle avait eu le temps d’apercevoir une demi-jambe : une jambe humaine assurément, avec un pantalon arrivant au mollet. Pétrifiée, la jeune femme continua de scruter la verdure. Rien ne bougeait. Hormis la fuite, elle comprit qu’une seule autre solution s’offrait à elle. Sans chercher à savoir d’où lui venait cet excès de courage ou d’inconscience, elle courut vers la haie. Tant pis pour l’absence d’arme! Elle était décidée à affronter... à affronter qui ?... Il n’y avait personne.
                 Pas une ombre, rien, et encore moins un homme ou une femme dissimulés là... Non, rien... Excepté la statue qui semblait vouloir la narguer... Alex sentit ses genoux, son corps trembler... Elle ne comprenait plus rien. Cependant, à ce moment bien précis, une peur réelle l’envahissait. Elle se trouvait confrontée à des événements insolites... Le paranormal ? Elle y croyait davantage dans les livres, dans les feuilletons... mais là... face à elle, cela en était trop, beaucoup trop. La jeune femme voulut parler à voix haute: aucun son ne sortit. Elle eut froid malgré le soleil. Elle s’obligea à lever la tête et à étudier les environs: elle était seule. Non, elle était persuadée du contraire... parce qu’elle désirait s’en persuader ? Non, non, elle était convaincue d’une autre présence dans ces lieux... Et elle n’avait pas rêvé pour cette jambe!... Elle avait cette sensation bizarre de sentir un regard posé sur elle, qu’on la détaillait... à un point... qu’elle en frémit... Brutalement, elle était mal à l’aise. Le plaisir de la découverte de ce parc enchanteur était bien loin.
« - Ayez le courage de vous montrer... Lâche ! » lança-t-elle, par bravade.
L’instant d’après, elle se maudit. Voilà qu’elle appelait ses ennemis à se dévoiler et à risquer l’affrontement !
                 Alex crut voir une ombre près d’un chêne. Ce n’était qu’un nuage qui avait masqué une seconde le soleil. Rien, nul être humain n’apparut. Le mystère était le même. Son sentiment d’insécurité grandit. Elle comprit que s’attarder là était dément, si périlleux. Il était évident qu’elle n’était pas seule. Et cet être, quel qu’il fût, n’avait certainement pas les meilleures intentions du monde à son égard. Isolée dans ce château, elle ne pouvait s’attendre à une aide quelconque. Or, Alex tenait absolument à savoir ce qui se passait. Elle pensa à un objet dans la chambre de son grand-père, un petit objet qui lui servirait le lendemain... quand elle reviendrait.
« - D’accord, je m’en vais. Mais je te réserve une surprise… Tu ne m’auras pas comme ça. » marmonna-t-elle, en songeant à l’intrus.
                 Il lui fallait récupérer son Joey. Où était-il ? Elle devait retourner dans la cour où elle pourrait trouver unesolution pour entrer dans le manoir. Ensuite, partir... Après sa rencontre avec les inconnus de la cabane, sa matinée avait été suffisamment mouvementée. Elle remonta l’allée vers la petite porte. Elle se força à ne pas courir. Se montrer calme pour décontenancer l’ennemi. Bien que ses sens fussent en éveil, elle ne saisissait rien. Aucun pas prêt à la surprendre derrière elle et rien devant elle. Elle avait encore vingt mètres à parcourir, plus que quinze... Là, était-ce son imagination? Elle avait perçu un crissement. Alex tourna la tête vers sa gauche. Non personne... Avec soulagement, elle vit l’issue se rapprocher. Dès qu’elle en aurait franchi le seuil, elle appellerait Joey en espérant qu’il viendrait tout de suite... Huit, six mètres... Son salut approchait... Vite... Quatre mètres, trois...
« - Non ! »
C’était un cri d’alerte, très bref, et... qui lui était destiné ! Presque simultanément, Alex entendit un bruit. Elle leva les yeux... A temps pour voir une jardinière tomber d’un étage... juste sur elle... La jeune femme n’eut pas la possibilité de réfléchir plus longtemps. Quelqu’un l’empoigna par le bras et la projeta sur le sol. Les graviers lui entrèrent dans le corps, surtout sur ses jambes nues. Oh ! Qu’était-ce en comparaison de cet objet en terre cuite qui gisait en mille morceaux près d’elle ! Délogées du bac, les fleurs offraient à présent une beauté pitoyable... Alex jeta aussitôt un regard sur... Comment le définir ?... Son sauveteur se relevait, le dos tourné. A priori, c’était un homme. Sa tenue était curieuse... Mais, le soleil était face à la jeune femme, l’éblouissant sournoisement. Toujours à terre, choquée, Alex sentit qu’elle allait perdre connaissance. Ses paupières se fermèrent malgré elle. Indiscutablement, sa journée n’était pas des plus calmes. N’éprouvant aucune difficulté, l’inconnu la souleva et effectua quelques pas. Se tenant à ses vêtements, elle tenta de rouvrir les yeux et de redresser la tête pour apercevoir ses traits. Ce dernier effort lui coûta : elle s’évanouit pour de bon...


Pour connaître la suite des aventures d’Alex et de Joey,

achetez   
LÉGENDES   dès maintenant


-Grâce à ces canaux traditionnels :
* votre librairie physique habituelle, que vous habitiez en France ou non.
* le site des Editions de l'Aventure, que vous résidiez en France ou non. Il vous communiquera aussi des informations sur ses partenaires.
* lors de salons et événements littéraires auxquels je suis invitée dans diverses régions. Mon calendrier complet figure sur le Coin des Lecteurs.


Grâce aux librairies en ligne ! Il est impossible de les noter toutes ici, en voici quelques-unes avec les liens directs pour Légendes :
* le site d’Amazon.fr
* le site de Priceminister.com
* le site Leslibrairies.fr
* le site de Decitre.fr
* le site de Cultura.com
* le site de Sauramps.com


Pour nos amis en Suisse :
* le site de la librairie Payot.ch



Pour en savoir davantage, rendez-vous:
* sur la page F.A.Q., rubrique B.


Depuis le 27 juillet 2016, vous avez également le plaisir de lire la suite des aventures d'Alex et de nos héros favoris dans... Enquête chez les Complicatorts !!!!




Chapitre 1 | Chapitre 2 | Chapitre 3



Haut de la page